• Récit, intrigue et sujet

    Le récit, l'intrigue et le sujet :

    Au début du récit : le personnage principal du roman se nomme Rigel. Il vit un drame se déroulant dans le passé, aux marches de royaumes situés sur deux planètes de la Constellation d’Orion.

    L’être humain y côtoie les puissances de l’esprit et le Cosmos permet l’accès à l’Eden. Les forces en présence, seules génératrices de vie ou de désespérance, n'ont pas besoin de lui pour exister. Rigel prend donc le parti de disposer de son libre arbitre, évoluant ainsi sans états d’âme excessifs dans des situations bien concrètes. 

    Le Roi Céleste s’absente. Il semble que Lucifer s’en prenne aux hommes. Un conflit violent éclate. Accablé de chagrin, vilipendé par ses prétendus alliés, le jeune prince assiste à la mort de son père lors de la bataille d’Assiah, à la trahison d’une partie de son armée et au renoncement des derniers chevaliers restés fidèles à la Cause. Il se retrouve seul. Contraint par les événements, il part sur les routes…

    L’intrigue est la suivante : Rigel veut vivre libre face aux représentants des puissances célestes désirant gouverner sa vie. La liberté a un prix, celui des armes si nécessaire ! Durant sa quête initiatique, des femmes et des hommes se battront à ses côtés pour reconquérir leur indépendance.

    Le sujet est représenté par le chemin conduisant à une lutte acharnée, celle du bien contre le mal, dans laquelle l’être humain ne peut rester isolé sous peine d’être broyé par un système dont il ne régente ni les tenants ni les aboutissants. Le sujet tient donc compte d’un équilibre délicat s’insinuant entre l’Éden et les Enfers, entre l’amour et la mort et surtout dans de sulfureuses alliances au cours desquelles l’homme s’aperçoit que les limites du mal sont parfois mouvantes.

    Cependant, récit, intrigue et sujet ne sont que trois arbres cachant une forêt ! Tout n’est dans ce conte que construction identitaire, symbolisme et analyse d’une problématique sociétale.